Blog: Yamamba

Bonjour à toutes et tous!

Nous arrivons déjà vers la fin des articles présentant les nouvelles créations de notre performance « Back to Pagan », et aujourd’hui, voici la Yamamba.

Photographie : Alexandra Banti

Modèle : Klara

Coiffure : Margaux Genest

Maquillage : Vanessa Brooke Lopez

 

yamamba 1

 

Dans l’imaginaire japonais, la Yamamba est une sorte d’équivalent de la Baba Yaga russe, vivant dans la montagne et se nourrissant de voyageurs égarés ou d’enfants.
Ma réinterprétation de la Yamamba la présente comme une femme serpent au physique envoûtant, aussi belle que dangereuse, elle se nourrit de chaire humaine ainsi que de leur âme, pour tenter de combler un vide abyssal qui ne sera jamais rassasié. Alors que le reste de la collection est plutôt poétique et dans des couleurs douces, la Yamamba apporte une touche rouge sang à l’ensemble, restaurant l’équilibre, comme le yang indissociable du ying, la part sombre qui existe en chacun de nous, se nourrissant des autres pour son propre intérêt.
Je me suis principalement inspirée pour cette tenue d’une estampe de Totoya Hokkei que voici.

 
Totoya_Hokkei_Yamauba

 

Le kimono rouge sang déchiqueté est ouvert sur la poitrine, plusieurs étoffes aux motifs japonais semblent se mélanger à une sorte de cape faite de feuilles d’arbres.

 
yamamba 3
 

Je voulais cependant faire un clin d’oeil aux légendes russes, j’ai donc basé mon travail sur un kimono vintage que j’ai vieilli et détérioré sur le bas, lui même porté sur une chemise aux manches longues et volumineuses en lin rappelant certains vêtements traditionnels d’Europe de l’Est. J’ai également décoré le col du kimono d’un brocard de soie aux teintes dorées pouvant rappeler certains tissus russes.

 

yamamba 2

 

Le kimono est maintenu par une corde brute enroulée plusieurs fois autour du corps pouvant rappeler le Shibari, et sur celle-ci sont accrochées plusieurs étoffes japonaises en coton ou en laine aux motifs traditionnels et divers. Enfin, la Yamamba porte sur ses épaules une (fausse) fourrure sur laquelle sont cousues des feuilles d’arbres réalisées en tissus de kimonos anciens, ornées de veinures peintes à la main puis rebrodées de fils de laine. En effet, comme je le fais souvent lorsqu’il s’agit « d’imiter » un élément naturel, je préfère partir sur un effet pictural de la chose, me basant plutôt sur des ré-interprétations graphiques, ici en l’occurrence de feuilles, et la manière dont elles sont représentées sur l’estampe m’ayant servie d’inspiration principale.

 yamamba 4

Comme un relent de Charogne, drapé de sensualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *