Blog: Taira no Tokiko – The Mermaid Ghost

Bonjour à toutes et tous!

Après ma trilogie de posts racontants les coulisses de mon défilé
« Brume – De la Légende au Mythe »,
voici enfin de magnifiques visuels signés Alexandra Banti à vous mettre sous la rétine!

Coiffure : Margaux Genest
Make up : Vanessa Brooke Lopez
Modèle : Heima

clara maeda, taira no tokiko, mermaid ghost dress

 

Voici tout d’abord une robe que j’attendais de pouvoir vous présenter en détails depuis un moment, certainement la création dont je suis la plus fière jusqu’à maintenant.
Mais avant de rentrer dans les détails techniques,
laissez moi tout d’abord vous conter son histoire.
Je me suis librement inspirée de la princesse japonaise Taira no Tokiko
et de la légende qui l’entoure.
On raconte qu’elle se serait jetée à la mer avec son fils, alors jeune empereur,
après une bataille perdue par son clan.
Elle portait alors l’habit impérial de l’époque le « jûni hitoe »,
qui se compose de non moins 12 épaisseurs de kimonos.

 

Jûni-Hitoe
Jûni-Hitoe

 

Dans mon esprit, la princesse Taira no Tokiko se serait ainsi noyée et dérivé dans les profondeurs de la mer, ses 12 épaisseurs de kimono flottants autour d’elle,
paraissants tout à coup légères et ondulantes comme des nageoires,
et se serait peu à peu transformée en créature fantôme, ni humaine, ni animale,
régnant à la fois sur l’eau et la mer mais aussi tous les éléments,
qui lorsqu’elle sort de l’eau se déchaînent autour de son corps immobile et solide comme une figure de proue.

clara maeda, taira no tokiko, mermaid ghost dress

 

Je dois vous avouer que j’ai passé deux mois entiers sur cette robe.
Non seulement car c’est le projet pour lequel je me suis lancé le plus de challenges jusqu’à maintenant, mais aussi car à part pour quelques éléments comme la base de jupe baleinée, la robe a été entièrement cousue à la main.
J’ai tout d’abord commencé par une base en maille gaufrée teintée au thé, que j’ai ensuite patiemment décorée d’un mélange de dentelles anciennes, chaque pièce ayant été découpée séparément, puis placée, déplacée et re-déplacée sur le buste jusqu’à temps que le rendu général me plaise. Ensuite j’ai découpé de la forme de chaque petite pièce de dentelle -sans exception ou presque- des morceaux concordants en résille dorée, afin d’obtenir une légère brillance qui illuminerait discrètement ces dentelles anciennes au rendu délicat mais bien mat. J’ai alors ré-épinglé chaque pièce en glissant en dessous son morceau de résille correspondant, puis tout cousu à la main, étape oh combien rapide à écrire, mais à réaliser, vous l’imaginerez…
Après avoir créé la base de ma jupe baleinée et l’avoir fixée sur le buste en maille, j’ai en parallèle travaillé sur le patronage des vagues dorées de la jupe et les grandes fraises/collerettes, patronage réalisé en 3D sur le mannequin à grand renfort de papier et de scotch.

clara maeda, taira no tokiko, ghost mermaid dress

 

Work in progress
Work in progress

 

 

Après avoir modelé et épinglé directement sur mes pièces de patron chaque pli de mes collerettes amidonnées, je les ai fixées en forme puis épinglées et cousues sur le col et le décolleté.
Pendant ce temps, j’ai de même coupé mes vagues dorées dans leur organza de soie puis les ai cousues sur ma base de jupe, avant de créer à l’aide de bandes de tulle rigide la base pour le reste de mes vagues en mousseline de soie. S’en suivi un long travail de plissage et de découpage de ces fameuse bandes en mousseline de soie, que j’ai ensuite teintées à la main en tye&dye après avoir réalisé la finition des bords, et enfin assemblées avec leur base en tulle puis cousues sur la base de jupe, encore une fois à la main. J’ai fini le tout avec des bandes plus fines de tissu plissé blanc et de soie métallisée vert d’eau, comme des touches de mousse marine entre les vagues.

 

 

clara maeda, taira no tokiko, mermaid ghost dress

Enfin, après avoir réalisé la partie décolleté de la robe, tel de fines couches de col de kimono superposées les unes sur les autres, j’ai entamé les dernières touches de décoration de la robe, mais pas des moindres, le perlage.
Encore une fois un travail de patience et de précision m’attendait, pour donner relief et brillance à la dentelle et à l’ensemble de la robe, à l’aide de petites perles bronzes, rose saumon et crème mais aussi de perles de culture irisées entre le rose, le blanc et le mauve et de fibres diverses dans un camaïeu allant du blanc et du beige à l’orangé et au bronze.
J’ai également habillé le dos nu d’un mélange de fibres et de perles citées ci-dessus, comme des algues perlées de gouttes d’eau saline.

 

clara maeda, mermaid ghost dress

 

Ne vous fiez pas à son apparence diaphane et fragile, car telle la méduse elle vous pétrifiera d’un regard, vous plongeant dans un tourbillon déchaîné aussi voluptueux que funeste avant de vous noyer dans une aurore de lumière.

3 réaction(s) sur “Taira no Tokiko – The Mermaid Ghost

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *